« L’Europe sans frontières | Accueil

Nono d'honneur

NonoÀ partir de la semaine prochaine et jusqu'au référendum, nous vous proposerons de récompenser pour : "leur courage politique, leur honnêteté politique, la finesse et la pertinence de leurs arguments" des "nono" du Non à la Constitution.

Nous décernerons collégialement des "nono" d'or, de bronze et d'argent et tiendrons un palmarès sur l'ensemble de la campagne.

Si vous avez déjà des propositions, n'hésitez pas, postez-les dans les commentaires !

février 17, 2005 dans Nono | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83470b9ca69e200d8343c534c53ef

Listed below are links to weblogs that reference Nono d'honneur:

Commentaires

Moi, c'est NON, NON et NON!

Rédigé par : Baehl | 20 fév 2005 12:15:25

Je vous propose un béni OUI OUI d'honneur à M.Cavada qui a ouvert sa campagne dans la finesse et le bon goût en déclarant :
"Ceux qui font la fine bouche sur la Constitution européenne devraient se souvenir d'Auschwitz.."
Voilà comment débuter un débat serein et respectueux.
E.

Rédigé par : Emmanuel | 2 mar 2005 18:20:20

REFERENDUM DU 29 mai 2005

- PAS D'ABSTENTION !

- LA CONSTITUTION EUROPEENNE C'EST NON ! -

http://www.network54.com/Forum/284117

Rédigé par : solana | 8 mar 2005 02:40:08

http://www.libertecherie.org/article.php?id=494

Rédigé par : Gus | 8 mar 2005 07:11:27

Le oui n'a pas d'odeur, par Alain Aufray :

"Ce qui oppose les partisans du oui à ceux du non est largement connu. Aujourd'hui, il faut débattre sur ce qu'on veut faire de ce oui. Avec des débats entre Mamère et Hollande ou entre Cohn-Bendit et Bayrou, on a davantage de chance d'attirer un public plus large."

http://www.liberation.fr/page.php?Article=280727

Rédigé par : Gus | 8 mar 2005 07:38:46

Je propose un mention spéciale pour Francis Lalanne. Visiblement il n'a rien lu, rien entendu, mais il sait tout. Il est contre parceque, quoi, enfin le principe de subsidiarité, voilà coua ! sur France 2 chez Ruckiel

Rédigé par : antoine.vallet | 8 mar 2005 09:29:53

Et moi je propose des oui-oui en sucre pour les phrases les plus creuses en faveur de la constitution. Du genre "votez oui, sinon ce sera le chaos" ou "il ne faut pas rater le train de l'Europe" ou "n'éteignez pas le flambeau de l'espoir".
Seul problème, les prétendants sont extrêmement nombreux !

Rédigé par : foxapoildur | 10 mar 2005 16:07:59

http://www.dissidentvoice.org/Mar05/Reichel0309.htm

All observers seemed a bit surprised when George W. Bush and Condoleezza Rice made endorsing statements of the EU constitution during their respective trips to the continent last month.

Rédigé par : Gus | 10 mar 2005 21:40:32

http://www.desinformations.com/article.php?_a_id=759

Les chercheurs de l'Institut de Physique et des Sciences du Climat (IPSC) ont eu récemment l'idée d'introduire, dans leur modèle climatique de simulation des températures sur la planète, les effets du résultat du référendum sur le projet de Constitution Européenne. Cet effet, modélisé en partenariat avec les chercheurs de l'IDOF, a permis de mener des simulations numériques intégrant trois options : tous les pays de l'Union adoptent la Constitution, tous l'adoptent sauf la France, tous l'adoptent sauf la France et la Grande Bretagne.

Rédigé par : Gus | 10 mar 2005 21:43:12

Européens, ce sont ceux qui disent l'être le plus qui le sont le moins

Une constitution européenne pour quoi faire?

Au plan politique, cela sert surtout à développer la mondialisation et à diluer les démocraties européennes dans un super-Etat bureaucratique européen.

Le "NON" à cette constitution est un NON européen, alors que le "OUI" à la constitution européenne est un OUI mondialiste.

On nous prend pour des billes en nous présentant cette offensive mondialiste comme étant une avancée européenne...

Etre européen c'est voter "NON". Le NON n'est pas un "NON" négatif. Voter "NON" c'est affirmer et défendre son identité européenne.

http://www.network54.com/Forum/284117

Rédigé par : alter-europeen | 11 mar 2005 01:21:37

Enfin un site pour le oui permettant de faire la promo du NON... merci oui-oui ;-)

Rédigé par : babel451 | 14 mar 2005 13:16:35

je pense a h.emmanuelli ( ps) pour le nono d'or ,de villiers ( argent )et mélanchon (ps) pour le bronze ....

sa vous conviens ??

Rédigé par : bapt | 26 mar 2005 17:32:30

- Si vous pensez qu’elle doit promouvoir les disparités économiques, sociales et territoriales, et l’absence solidarité entre les États membres ...

Alors votez NON, parce que la Constitution européenne prévoit exactement l’inverse ! (Article I-3).


- Si, oui, vraiment, vous aimez les monopoles, les abus de positions dominante, les ententes anti-concurrentielles entre entreprises, les prix prédateurs qui détruisent les petites entreprises ...

Bref si vous pensez que la concurrence doit être limitée et, surtout, faussée ...

Alors votez NON à la Constitution européenne !


- Si, décidément, vous pensez que l’Europe doit se caractériser par une main d’oeuvre non qualifiée, peu formée (et incapable de s’adapter ...) ainsi que par des marchés du travail rigides qui ne puissent pas réagir rapidement à l’évolution de l’économie, ... alors, vous pouvez voter NON à la Constitution européenne !

(Parce que la Constitution européenne prévoit - précisément - exactement l’inverse !) (Article III-203).

Enfin, en conclusion :

- Si, décidément, vous êtes véritablement heureux et complètement (et totalement) satisfaits de la façon dont "fonctionne" l’Union depuis 2003, ainsi que du Traité de Nice qui en organise le fonctionnement, (Traité européen actuellement en vigueur ... et qui le restera, de toute façon, en cas de rejet du Traité constitutionnel ...).

Alors vous pouvez donc, effectivement, voter NON ...

Rédigé par : bapt | 26 mar 2005 17:34:19

La Charte des droits fondamentaux : un vrai progrès pour l’Union européenne


Si on ne sait pas vraiment comment appeler le texte européen qui est aujourd’hui en débat (est-ce un Traité ? est-ce une Constitution ?), l’un des principaux éléments faisant pencher la balance vers la dénomination de "Constitution" est l’incorporation de la Charte des droits fondamentaux au sein de la deuxième partie de ce texte. Elément incontesté et d’ailleurs difficilement contestable, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne est considérée comme étant l’un des principaux progrès du "Traité établissant une Constitution pour l’Union européenne", même si certains mettent en doute sa portée juridique.

Première originalité de cette Charte : sa méthode d’élaboration. En effet, si certains évoquent la "méthode conventionnelle" comme étant l’une des principales innovations ayant permis la rédaction du Traité constitutionnel européen, il convient néanmoins de rappeler que la convention chargée de rédiger une Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne avait siégé auparavant. En effet, cette première convention s’était réunie dès 1999. Elle était composée de 62 membres représentant les parlements nationaux et européens ainsi que les gouvernements nationaux. En outre, plusieurs personnes émanant d’autres institutions (Cour de Justice, Conseil de l’Europe, Comité économique et social, Comité des régions) ou de la société civile avaient collaboré aux travaux. Cette composition large ainsi que le processus ouvert d’élaboration du texte ont représenté un réel changement de méthode pour l’Union européenne. Cette nouvelle méthode semble d’ailleurs aujourd’hui avoir fait ses preuves, puisque la convention sur l’avenir de l’Union aura par la suite réussi, là où les chefs d’Etats et de gouvernements avaient échoué à Nice en l’an 2000. De plus, la "méthode conventionnelle" sera désormais inscrite comme procédure de révision possible, si le traité constitutionnel venait à être adopté.

Revenons à la Charte et à son contenu. Elle reprend les principales valeurs de l’Union européenne, y compris dans le domaine social. Ainsi, elle affirme que : "l’Union se fonde sur les valeurs indivisibles et universelles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité ; elle repose sur le principe de la démocratie et le principe de l’Etat de droit. Elle place la personne au coeur de son action en instituant la citoyenneté de l’Union et en créant le principe de liberté, de sécurité et de justice" (extrait du préambule de la Charte).

A la demande de la France, la référence à l’héritage culturel, humaniste et religieux, souhaitée par les démocrates-chrétiens allemands, a été supprimée du préambule - cette référence posant à la France, "République laïque", un problème "philosophique, politique et constitutionnel". Le préambule de la Charte évoque maintenant l’héritage spirituel de l’Europe.

Les droits consacrés par cette Charte se répartissent en trois axes :

- les droits civils : droits de l’homme et droits de la procédure juridique, (respect de la dignité humaine, liberté de pensée, d’expression, d’information, égalité des hommes et des femmes, respect de la diversité culturelle, intégration des handicapés, droit à la justice...) ;

- les droits politiques qui sont liés à la citoyenneté européenne (droit de vote et d’éligibilité...) ;

- les droits économiques et sociaux qui reprennent ceux énoncés par la Charte communautaire des droits sociaux des travailleurs, adoptée en 1989 et comprenant notamment la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs, droit à la limitation du temps de travail, protection en cas de licenciements injustifiés, information et consultation des travailleurs, la lutte contre l’exclusion sociale ...

Enfin, cette Charte contient également des droits dits de "nouvelle génération" regroupant les droits liés à la bioéthique, à la protection de données personnelles, à la défense de l’environnement ...

Le texte de la Charte définit ainsi en 54 articles les différents droits, sociaux, politiques et économiques dont devraient bénéficier l’ensemble des citoyens de l’Union européenne et c’est là certainement l’une des grandes forces de ce texte.

Maintenant se pose la question de savoir si cette Charte en restera à l’état d’une belle déclaration de principe ou si elle sera réellement applicable et appliquée partout en Europe. Certains semblent en effet mettre en doute son potentiel juridique. Or, ce qui était effectivement assez flou lors de l’adoption de la Charte en décembre 2000 à Nice, deviendrait aujourd’hui, avec l’adoption du Traité constitutionnel européen, beaucoup plus contraignant. En effet, la Charte des droits fondamentaux est complètement intégrée au Traité constitutionnel puisqu’elle en compose la seconde partie. Ceci permet de lui conférer une réelle valeur juridique contraignante pour l’ensemble des Etats et des institutions de l’Union européenne.

Certes, cette inscription dans le cœur du Traité n’a pas été simple, car certains Etats, notamment la Grande Bretagne, considéraient quelques-uns des droits énoncés (notamment les droits sociaux), comme trop contraignants.

Ces derniers ont alors tenté d’en limiter la portée en demandant l’inscription de clauses interprétatives de la Charte. Pour autant, la plupart des représentants des syndicats européens estiment aujourd’hui que ces clauses ne devraient pas modifier l’équilibre général du texte.

En outre, l’histoire et la jurisprudence de la Cour européenne de justice - pour laquelle ces "clauses interprétatives" ont été rédigées

- montrent que cette dernière n’a pas pour habitude de limiter la portée du droit européen en fonction des réticences nationales ...

En définitive, l’essentiel des droits affirmés et reconnus par cette Charte ne constitue pas une vraie révolution pour les Français, même s’il ne faut pas négliger certains droits nouveaux qui leur sont reconnus (à l’exemple des droits de nouvelle génération notamment).

Néanmoins la principale nouveauté et la grande innovation de l’inscription de la Charte au sein du Traité constitutionnel européen est qu’elle permettra de donner une base juridique commune aux droits s’appliquant dans l’ensemble des Etats membres de l’UE.

Ainsi, en adoptant le Traité constitutionnel européen, les Etats membres de l’Union européenne - actuels et futurs - auront pour obligation de respecter cette Charte, puisqu’elle fera désormais partie de "l’acquis communautaire européen".

En somme, l’adoption du Traité constitutionnel européen, du fait de l’inscription de la Charte des droits fondamentaux en son sein, consolidera de fait l’Europe fondée sur les droits et les valeurs qui sont au cœur de sa construction depuis son origine.

Rédigé par : bapt | 26 mar 2005 17:38:00

La phrase qui tue...


"Le sort de la France, le sort des Français, comme le sort des Européens en général, se jouent de plus en plus au terme d'une discussion entre les dirigeants"

Jacques CHIRAC (Tokyo, 27 mars 2005)


Chirac a très bien résumé ici la dérive anti-démocratique de la mondialisation politique. Fini les peuples qui, par leurs suffrages, décident de leur avenir. Leur sort est désormais aux mains des vrais décideurs : les dirigeants et autres bureaucrates éclairés.

Chirac ne fait que confirmer ici l'importance démocratique du référendum (une chance unique d'expression du peuple sur un sujet majeur), et la nécessité de dire NON à la globalisation politique qui dilue les démocraties nationales dans un cadre euro-mondialiste de plus en plus large. Plus le cadre politique européen s'élargit, plus les européens se trouvent éloignés des centres de décision et plus leur capacité de décider de leur sort se trouve réduite. La bureaucratie et la globalisation politique européennes tuent la démocratie. Merci à Chirac de l'avoir dit si clairement. On pensait que Bayrou était le OUI-OUI le plus nul, mais à bien y réfléchir Chirac apparaît comme un sérieux challenger... Il sait trouver les mots justes pour convaincre de voter NON à la constitution européenne !

http://www.network54.com/Forum/284117

Rédigé par : bravo-chirac | 28 mar 2005 01:33:05

Gus
"Le oui n'a pas d'odeur, par Alain Aufray :"

Je pense que l'on peut dire EXACTEMENT la même chose des partisants du non. Sans oublier que ces derniers l'ont déjà mis en pratique...

Rédigé par : Laurent | 29 mar 2005 15:06:04

bon courage les Oui-Oui !

http://www.network54.com/Realm/constitution_europeenne/referendum.jpg

:D

Rédigé par : Anne Aunime | 30 mar 2005 21:09:31

Oui, oui!
Les parties I et II sont certainement acceptables à quelques détails près, mais la partie III est exécrable. Chaque fois que l'on annonce quelque chose en premières parties, on trouve en III quelque chose qui va en limiter l'effet. Et ce perpétuel balancement entre Conseil européen et conseil tout court, entre divers taux de majorité, entre majorité absolue équivalente à droit de veto. Expliquez-moi de façon claire comment l'Union traitera à terme du problème que posera la Turquie dans sa manière de traiter les kurdes?
Comment, en s'appuyant sur la Constitution, la Cour de Justice statuera-t-elle sur une éventuelle requète des musulmans pour l'abolition de la loi laïque qui interdit le port ostensible du foulard dans les établissements d'enseignement public? Favorablement au nom du droit des minorités?
La laîcité est un vieux principe sur lequel nous avons construit notre nation républicaine, mème si ce principe a souvent été quelque peu "oublié": rien ne paraît pouvoir empêcher l'Union de nous imposer de renoncer à la laîcité au pretexte de non-discrimination de la constitution européenne.
C'est vrai, je ne suis pas juriste, mais si le texte était de manière générale plus clair, direct et explicite, il ne permettrait pas d'exégèses peut-être erronées.
Alors, sans hésitation, je voterions non.

Rédigé par : Instinno | 31 mar 2005 19:30:07

bapt,

La Charte est sympa, mais les petites lignes à la fin (le titre VII pour être précis) disent qu'elle ne s'applique que si elle ne contredit pas une autre pertie de la Constitution.
En gros, les principes de la partie II sont soumis à l'exigence de na pas violer les décrets d'application de la partie III...

Rédigé par : Thierry | 2 avr 2005 22:52:50

Instinno: La partie III que vous execrez représente l'Europe telle qu'elle existe aujourd'hui. Trouvez-vous que l'Europe d'aujourd'hui soit à ce point detestable ?Quoi qu'il en soit, puisque son contenu semble vous gener, votez non et il ne vous restera plus que cette partie là sur les bras.

Par contre, si vous votez oui, vous contraignez ces différentes politiques à respecter les objectifs de l'Europe (article I-3), ce qui ne me parait pas si compliqué que ca à comprendre.
Et de grace, ne vous arretez pas au point 2 de l'article I-3, lisez-le en entier !

Rédigé par : Bireli | 3 avr 2005 22:00:31

"Personnellement, je suis opposé à tout référendum"

"C'est un mauvais instrument parce qu'on lie tout à tout, dans un référendum."

"Il y a deux formes de démocraties. Il y a les démocraties directes et les démocraties représentatives. Moi je suis partisan de la démocratie représentative et les référendums n'ont pas de place dans cette forme de démocratie (...) Les élus doivent décider. C'est pour cela qu'ils ont été élus."

Frits Bolkestein, 6 avril 2005, sur France Inter

********

Il y en a qui ont dû regretter de l’avoir invité… Voilà un techno-bureaucrate qui tient peu de cas de la souveraineté populaire (fondement de la démocratie) ! Quel aveu ! Par ses propos, il illustre à merveille tout le danger de la technocratie bruxelloise pour les démocraties européennes et la liberté des peuples européens.
Non à leur « démocratie » à la sauce Frankenstein. Non à leur constitution européenne !

http://www.network54.com/Realm/constitution_europeenne/bolkestein.jpg

Rédigé par : fritz | 7 avr 2005 10:59:09

le meilleur texte qu'il m'ait été donné de lire : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

sincère, passionné et pragmatique

Rédigé par : tao | 7 avr 2005 14:41:09

Le 29 mai, dites votre NON ! un nouveau slogan
A part ça
Corinne Maier, l'auteur de Bonjour paresse donne son avis dans le monde http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-638121,0.html

Rédigé par : Pierre | 14 avr 2005 12:14:37

sur une chaine du câble "la chaine parlementaire" était rediffusée hier jeudi 14 avril, l'intégralité de la rencontre en 1992 pour le Oui à Mastrich entre F.Mitterand
et Ph Seguin. Je puis vous assurer que tous les arguments repris par l'un et l'autre étaient à peu près exactement ceux d'aujourd'hui.
Cette rediffusion aurait dû être retransmise pas TF1 la veille de l'émission dont monsieur Chirac était l'invité d'honneur.

Rédigé par : Charline | 15 avr 2005 09:56:49

Dans Le MOnde d'aujourd'hui: L'Europe "rempart contre la mondialisation ultralibérale" : quand cessera cette hypocrisie ? http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-639934,0.html

où l'on parle justement un peu de ce qui s'est passé à l'époque de Maastricht:

"En 1992, lors du référendum sur le traité de Maastricht, François Mitterrand avait déjà utilisé l'argument du rempart. L'euro allait servir à protéger l'économie européenne des fluctuations heurtées des Etats-Unis. L'eurozone allait gagner une autonomie et un dynamisme. On sait ce qu'il est advenu : non seulement l'Union est restée complètement soumise à la conjoncture américaine, montant et descendant au gré du vent d'ouest, mais l'eurozone s'est ensablée dans la semi-stagnation. Elle a perdu deux points de croissance vis-à-vis des Etats-Unis.

L'euro devait aussi servir à accélérer l'avènement d'une Europe politique. Il n'en a rien été non plus. Ayant perdu toute crédibilité, l'idée du rempart sert aujourd'hui la cause anticonstitutionnelle sur le thème : "Vous voyez bien que cette Europe-rempart ne marche pas !"

"

;-)))

Rédigé par : Pierre | 16 avr 2005 19:48:00

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.