« Aux sources de l’aventure européenne. | Accueil | "Chez Marcel" À Prague »

Franco-Allemande, mon identité à la croisée des chemins

Carnet de voyage entre Paris et Heidelberg

Il y a seulement quatre heures, je me trouvais sur les quais de la Gare de l’Est à Paris. Plusieurs fois déjà j’ai voulu écrire tout ça dans mon journal. Pour me débarrasser de cette douleur : quitter la France, quitter Antoine…
Autour de moi, dans le train, plein d’Allemands : avec leurs « Birkenstock » en chaussettes blanches, produits bio en mains, très « alternativ », mal rasés, ach, le summum du Germain antipathique et lourd, sans humour- exactement cette ambiance dans laquelle je n’ai pas envie de retourner : comment ai-je pu vivre dans ce pays ? Antoine avait raison, je ferai ma vie en France !

J’ ai envie de pleurer, je me sens mal et ferais bien demi tour. Ma voisine allemande me parle en français et moi, dans un mélange d’indifférence et d’ arrogance, je lui réponds en français, sans lui avouer que je suis sa compatriote. Elle se donne du mal pour rien !

Mais petit a petit, mon cœur se réchauffe- un Français aurait-il pris la peine de me parler en Allemand ? Nous passons la frontière, voilà l’ Allemagne !
Le personnel du train a changé, toute l’ambiance change- le nouveau conducteur nous souhaite la bienvenue, en Allemand avec son accent tellement drôle de Leipzig, et il souhaite la bienvenue aux Français dans le train … en Français ! Un conducteur Français aurait-il eu cette même délicatesse ?!
Et puis on s’organise : distribution de plans de route, explication en long et en large de l’anatomie du train « et vous pouvez bien sûr acheter des glaces dans le wagon 215- le contrôle ne saurait tarder…
„ Bittschoen, Dankschoen, auf Wiedersehn“, ah je les aime mes compatriotes ! Que j’aime cette organisation, cette volonté de faire les choses correctement, cette gentillesse sans arrogance. Ils ont…pardon : nous avons une curiosité envers l’ étranger, toujours prêts à lui demander d’ou il vient et pourquoi il va en Allemagne.

Deutschland- à peine sommes-nous dans tes frontières que mon cœur a basculé ! Je t’aime mon pays, ta sincérité, ta profondeur, mes amis…. et Paris s’éloigne de minute en minute, je le sens à chaque mètre parcouru. Paris, tes tourbillons glamoureux m’avaient fait oublier ce que j’aime vraiment !

Après avoir fait ce trajet des milliers de fois avec ces mêmes sentiments et interrogations : je ne suis ni Allemande, ni Française, je suis Européenne impregnée de sensibilité franco-allemande ! ça élargit l’horizon, non ?
Comme identité, ça me suffit largement, parce que j’ai appris à vivre ainsi, parce que je ne peux pas me passer des deux pays, parce que je suis chez moi partout : en Allemagne, en France, mais aussi en Angleterre ou en Espagne. Partout je trouve de quoi me réjouir, et des amis! Pourquoi me restreindre à tout prix à un seul dénominateur? Mon Identité c’ est ce que j’aime dans mes deux pays, c’est l’ Europe

Ca me rappelle aussi Amin Maalouf qui disait dans une émission de télé :
« …je ne parle pas de racines- pour moi, les racines c’ est pour les arbres. Nous, nous sommes des hommes et pour les hommes je parle de routes, de routes qui un jour se croisent et puis qui repartent dans d’autres directions… »

février 15, 2005 dans L'Europe dans leur vie | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83470b9ca69e200d83470b9df69e2

Listed below are links to weblogs that reference Franco-Allemande, mon identité à la croisée des chemins:

Commentaires

Merci pour ce post.. je ne suis donc pas la seule à avoir ses interrogations, Gare de l'Est..

Rédigé par : Ariane | 21 fév 2005 16:45:46

Farouche partisan du oui j'ai créé un site internet qui milite à ma façon en rassemblant des dessins et photos humoristiques tournant en dérision les arguments des partisans des non
Ce site explicite s'appelle RIRE DU NON et se trouve à
http;//www.rire-du-non.com
Faîtes le connaître et servez vous !

Rédigé par : ouioui | 8 mai 2005 17:14:43

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.